Dernière mise à jour

19/10/2021

L’intelligence artificielle pour prévenir le cancer du col utérin

Utilisation d’une application Smartphone basée sur l’intelligence artificielle comme aide à l’examen colposcopique dans la détection des lésions (pré)-cancéreuses du col utérin

 

Contexte et but de l'étude

En Afrique sub-saharienne, le cancer du col est le 1er cancer chez la femme et responsable d’un grand nombre de décès. Actuellement, les femmes sont le plus souvent vues à des stades avancés de la maladie, ce qui implique une prise en charge lourde, coûteuse et le plus souvent limitée à des soins palliatifs. 

Pourtant le dépistage de ce cancer revêt un intérêt majeur dans le cadre d’une action de santé publique. Une fois dépisté, un traitement existe et permet d’éviter une évolution vers un cancer. Généralement, un « précancer » peut évoluer à bas bruit pendant 10 à 15 ans permettant d’envisager un dépistage durant cette phase de latence. 
Pour être rentable et assurer une réelle action de santé publique, le dépistage doit être fait à grande échelle, atteignant le plus grand nombre de femmes entre 30 et 50 ans. Au Cameroun, depuis 2010, quelques programmes de dépistage du cancer du col utérin ont été mis sur pied par les autorités locales, dont certains en collaboration avec les Hôpitaux Universitaires de Genève. 
Grâce à l’intelligence artificielle mise en oeuvre sur téléphone portable, couplée aux outils de diagnostics cliniques conventionnels, nous pouvons contribuer à éliminer ce fléau. C’est ce que propose de faire ce projet de recherche qui s’appuie sur des travaux de recherche préliminaires solides. 

Design de l’étude

Etude transversale

Critère d'inclusion
  • Femmes âgées de 25 à 65 ans référées pour un examen colposcopique suite à un résultat cytologique anormal ou un test positif au HPV.
Critères d'exclusion
  • Femmes qui ont subi une hystérectomie.
  • Saignement important lors de l’examen.
Déroulement de l’étude

Pour évaluer la précision diagnostique de cette application Smarphone, nous filmerons pendant 2 minutes le col de l'utérus par un smartphone lors d'un examen colposcopique de routine.

Autorité réglementaire

Enregistrement BASEC: 2020-00868, accord obtenu le 28 septembre 2020.

Appui spécifique aux études cliniques

Cette étude reçoit l'aide de la plateforme de recherche clinique PGO.

PGO

Photo du collaborateur
Pr Patrick Petignat
Professeur Patrick Petignat
Investigateur principal, médecin-chef du service de Gynécologie des HUG
Téléphone
Professeur Jean-Philippe Thiran
EPFL Laboratoire de Traitement de Signaux LTS5
Photo du collaborateur
Dr Manuela Undurraga
Dr Manuela UNDURRAGA
Médecin Adjointe du Service de gynécologie des HUG
Téléphone
Photo du collaborateur
Dr Ania Wisniak
Dr Ania WISNIAK
Médecin interne du Service de gynécologie des HUG
Téléphone
Photo du collaborateur
Magali Cattin
Magali CATTIN
Ingénieure en Génie Electrique, étudiante à l'EPFL
Photo du collaborateur
Sonia Campelo
Sonia Campelo
infirmière de recherche
Téléphone
Photo du collaborateur
Nathalie Soumet-Trinquart
Nathalie Soumet-Trinquart
Data Entry
Téléphone
Dernière mise à jour : 19/10/2021