Dernière mise à jour

09/11/2021

Etude COVID sur l'immunité des travailleurs non confinés

Pendant les premiers mois de la crise liée au COVID-19, l’Unité d’épidémiologie populationnelle a entrepris une enquête sur l'immunité des travailleuses et travailleurs non-confinés. 

Les salariés contactés était ceux et celles qui, du fait de leur métier essentiel à la population, n’ont pas pu bénéficier des mesures de confinement ou d’aménagement du poste de travail (télétravail par exemple) pendant le semi-confinement de mars à juin 2020. Cela concernait les personnes exerçant dans les domaines suivants: la santé, la grande distribution, les pharmacies, l'éducation, la police, les prisons, les pompiers, les pompes funèbres, la protection civile, les transports, les indépendants, l'armée, la vente dans les services essentiels, la Poste et les banques.

But de l'étude

L’étude cherchait à préciser quelle proportion de cette population avait été exposée au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) pendant la première vague de l’épidémie en Suisse. 

Au début de l’épidémie, la Suisse ne disposait pas de suffisamment de tests pour effectuer un dépistage par frottis nasopharyngé de toutes les personnes avec ou sans symptômes. Nous ne connaissions pas le nombre de personnes effectivement exposées au virus. Nous ne connaissions pas non plus quelle proportion présentait des symptômes graves, légers ou aucuns, ni même la mortalité réelle liée à l’infection par ce virus. La compréhension de l’épidémie et l’évaluation des mesures nécessaires pour la contrôler était donc difficiles. 

Dans ce contexte, l’étude SEROCoV-Work+ visait à déterminer les personnes exposées au virus grâce à un test sérologique par prélèvement sanguin. Lorsqu’une personne a été exposée au virus, elle produit des anticorps, que l’on peut retrouver dans son sang. Ils sont un signe que son système immunitaire s’est battu contre ce virus. Certains de ces anticorps (appelés «IgG») peuvent même être détectés des années après l’infection. Leur détection permet donc de savoir qui a déjà été infecté par le SARS-CoV-2.

L’étude a notamment permis d’observer un taux d’infection de travailleurs non-confinés de 9.8%, légèrement supérieur à celui de la population générale en âge de travailler (7.9%) à la même époque. L’étude a souligné en revanche des différences considérables entre secteurs d’activité sur le bassin genevois : les professions de la santé, le personnel des EMS, de ménage et de cuisine ont été plus touchées par le COVID-19 que la moyenne générale.

Déroulement
  • Formulaire de consentement
  • Questionnaire à remplir
  • Prélèvement d'échantillons de sang des participants pour détecter les anticorps
Informations complémentaires

Sites de prélèvements

Cette étude est réalisée en collaboration entre les Hôpitaux universitaires de Genève, l'hôpital de La Tour, la clinique de La Colline et la clinique des Grangettes du groupe Hirslanden, ainsi que l’école polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève (CCIG).

Elle est financée par une Fondation privée genevoise, la Fondation des Grangettes et la Fondation privée des HUG. 

Photo du collaborateur
Idris Guessous
Pr Idris Guessous
Médecin-chef de service
Photo du collaborateur
Pre Silvia Stringhini
Pre Silvia Stringhini
Responsable de l’Unité d’épidémiologie populationnelle
Pr Laurent Kaiser
Service des maladies infectieuses et Centre des Maladies Virales Emergentes
Pr Didier Pittet
Service de Prévention et Contrôle de l’Infection
Pr François Chappuis
Pr Jean-François Balavoine
Delphine Bachmann
Dr Omar Kherad
Pr Didier Trono
Pr Idris Guessous
Service de Médecine de Premier Recours
Dr Maria Eugenia Zaballa
Unité d’épidémiologie populationnelle
Dernière mise à jour : 09/11/2021

Autres études

Adultes
Covid-19
Mortalité et risques plus élevés des complications chez les patients atteints de COVID-19 avec des antécédents de maladie cardiovasculaires

Cette étude, réalisée au printemps 2020, met en avant les complications possibles chez les patients atteints de COVID-19 avec des antécédents de maladies cardiovasculaires. 

Terminée avec résultats
Adultes
Covid-19
@choum

@choum est un outil de veille épidémiologique utilisé dans le cadre d’une étude pour surveiller la pandémie de COVID-19. Son but est de détecter de façon précoce les clusters de COVID-19 grâce à la participation citoyenne.

En cours de recrutement
Adultes
Covid-19
Participez à une étude sur la prévention du COVID-19

Les Hôpitaux universitaires de Genève, de Bâle et ainsi que l’hôpital de Lugano, s’engagent et proposent des approches thérapeutiques innovantes visant à contenir la propagation du COVID-19. Ils conduisent une étude clinique unique en Suisse, appeléeCoPEP, visant à évaluer l’efficacité d’un traitement préventif contre le COVID-19.

Terminée avec résultats